Développement communautaire à Boké : la SMB refait le grand pont de Koréra et offre une mosquée à Dabiss, Dabaya et Katèrè.

Elle n’a pas deux ans d’existence, il lui faut encore bien des années pour amortir ses lourds investissements dans l’industrie guinéenne de la bauxite, mais elle s’est déjà énormément investie dans le développement communautaire. La Société minière de Boké (SMB) a réalisé plusieurs infrastructures  et ouvrages pour les collectivités riveraines et même lointaines. Ces réalisations, importantes et vitales pour les populations bénéficiaires, touchent plusieurs domaines et sont faites à titre gracieux par la société. Elles ne procèdent d’aucune obligation contractuelle de sa part – il faut le souligner.

Les actions les plus récentes sont le lancement des travaux de réfection du grand pont de Koréra et l’inauguration d’une mosquée moderne offerte par le PDG du consortium SMB-Winning.

Pont de Koréra

La réfection du pont de 104 mètres qui franchit le fleuve Batafong a commencé le jeudi 25 mai 2017. Les travaux coûteront 150 000 dollars US et vont durer 40 jours. Ils sont entièrement financés par la SMB et exécutés par Winning-Guinée.

À la cérémonie de lancement des travaux, le porte-parole de Baralandé et celui de Koréra ont salué l’engagement soutenu de la SMB dans le développement de leurs localités et pour le bien-être des populations.

 

Pour leur part, le secrétaire général chargé des Collectivités décentralisées de Boké, Jean Béavogui, et le conseiller du gouverneur de la Région administrative de Boké, Ousmane Diallo, ont dit que le consortium est une véritable aubaine pour Boké. Ils ont souligné son inestimable contribution au bien-être des communautés locales, non seulement à travers les infrastructures et ouvrages qu’il a offerts mais également grâce aux milliers d’emplois locaux directs ou indirects créés en moins de deux ans.

  1. Yalani, le chargé des relations de la SMB avec les communautés, a situé la réfection du pont dans le cadre de la participation indéfectible de la Société minière de Boké au développement communautaire et à l’amélioration des conditions de vie des collectivités locales.

Le pont de Koréra est vétuste et entièrement métallique. Lorsque les véhicules le franchissent, on a un pincement au cœur et l’impression que ses planches vont céder. Comme les quatre ponts de Tanèné qui surplombent le Konkouré et ouvrent l’accès à Boffa, Fria et Boké, il date de 1950. Placé sur la route internationale qui relie la Guinée à la Guinée-Bissau, cet ouvrage de franchissement construit à l’époque coloniale n’a subi aucune réfection digne de ce nom depuis près de 70 ans. Juste quelques rares colmatages pour maintenir plus ou moins sa traficabilité. C’est sans doute, le pont le plus important pour les échanges commerciaux à Boké. Il permet l’accès aux villages et sous-préfectures situées au nord, et notamment Katougouma, Kabori, Koréra, Dabiss et Sansalé, vers la Guinée-Bissau.

La seconde action est le don d’une mosquée aux populations de Dabiss, Dabaya et Katèrè. La maison de culte a été offerte par Fadi Wazni, PDG du consortium SMB-Winning et directeur général de UMS (United Mining Supply). Elle a une capacité d’accueil de 250 fidèles à l’intérieur et de 500 sur le parvis. Son coût de réalisation est de 800 millions de francs, elle a un double équipement électrique : un groupe électrogène et un système de panneaux solaires. C’est un édifice moderne, avec plusieurs ventilateurs, tapis et exemplaires du Coran. Un bon lot de ces derniers a été distribué aux ouailles.

La mosquée vient à point nommé, car les populations bénéficiaires faisaient leurs prières dans un hangar. L’inauguration a eu lieu le vendredi 26 mai 2017 en présence du préfet de Boké, Mohamed Lamine Doumbouya.

Le maître d’œuvre Elhadj Moustapha Camara, directeur d’une société de construction sise à Boké, s’est exprimé au nom du donateur Fadi Wazni. Il a magnifié son action. Pour lui, elle permet désormais l’accomplissement décent du culte musulman dans la contrée.

La grande prière inaugurale du vendredi a été dirigée par Elhadj Abdoulaye Diassy, ex-secrétaire général des Affaires religieuses.

Toujours dans la mise en œuvre de son Programme de Développement Local Action 2017, le consortium a démarré une semaine plus tôt, le mercredi 17 mai 2017, les travaux de construction d’une route communautaire de 6 kilomètres et demi au bénéfice des populations de Konkokan et Katougouma. Il a aussi lancé un gigantesque projet de réaménagement et de pavage du tronçon de route nationale allant de Konkokan à Boké. La route aura 16 kilomètres de long et 7 mètres de large. Le pavage a un net avantage sur le bitumage d’une route en ce qui concerne la viabilité. Il est aussi plus cher.

Le réaménagement et le pavage de la route Konkokan-Boké vont complètement éradiquer les poussières sur les zones d’impact de la société mais aussi faciliter l’accès au centre-ville de Boké.

Toutes ces œuvres ont été faites en ce seul mois de mai 2017. Depuis sa création en juillet 2015, le consortium SMB-Winning a fait plusieurs autres réalisations pour les populations de Boké et tout particulièrement pour ses voisines : centre de santé à Katougouma pour les communautés et les travailleurs, école primaire à Amaraya Kaboyé, centre de formation et de perfectionnement pour la jeunesse et les travailleurs, une trentaine de forages d’eau potable dans les villages, réparation de routes rurales, reprofilage des artères de Katougouma en prévision de son extension et de sa transformation future en ville, aménagement – sur financement propre et sans aucune obligation – de 37 hectares de terres cultivables pour les villageois de Katougouma, avec diguettes, puits et grands casiers, etc.

Pour combattre la propagation de la poussière à travers les villages, la SMB dédie gracieusement des citernes à l’arrosage de la route qui relie Baralandé à la carrière de granit de Kassongoni très achalandée. Cette action est d’autant plus désintéressée et remarquable que ce tronçon est très éloigné de sa concession.

La SMB envisage  bien d’autres œuvres d’utilité publique dans ses plans de gestion environnementale et sociale, ses programmes annuels de développement local et les projets culturels ou artistiques éligibles au budget de la Fondation SMB-Winning consortium.

 

El Béchir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *